Le Défi de Janvier est d’abord une opération dont l’objectif est de faire le point sur sa consommation d’alcool. Ne pas boire pendant un mois permet aux participants d’en constater les effets bénéfiques (meilleure qualité de sommeil, perte de poids, économies…).

Même en période de pandémie et de restrictions sanitaires, il était important de maintenir ce rendez-vous. Dans un article publié dans 20minutes.fr, Bernard Basset, Président d’Association Addictions France, déclarait ainsi : « Pandémie ou pas, les gros déterminants de la santé restent les mêmes et l’alcool en est un. On viendra à bout de l’épidémie de coronavirus mais les problèmes de consommation d’alcool, eux, demeurent. »

Questionner son rapport à l’alcool est davantage accepté

Une étude réalisée par YouGov en janvier 2021 a démontré que 11% des Français qui consomment de l’alcool ont déclaré ne pas vouloir en consommer durant le mois de janvier. Un chiffre en progression : l’année dernière, ils étaient 8%. Parmi les motivations, 38% souhaitaient perdre du poids, 42% faire une détox « post-fête » et 25% évaluer leur dépendance à l’alcool.

La mobilisation s’est faite massivement sur les réseaux sociaux, notamment avec Al et Coline et ses conseils quotidiens pour réussir à relever le défi. Des Facebook-live ont été organisés par notre partenaire Addict’aide avec des experts chargés de répondre aux questions posées par les internautes. En Ile de France, Addictions France a par ailleurs organisé un webinaire sur le thème « Santé & prévention alcool ».

Les résultats de cette deuxième édition encouragent à renouveler chaque année ce rendez-vous collectif qui met la santé publique à l’honneur, sans moralisme ni jugement.